Jean Claude Blahat, le fidèle absolu chante Brassens

2011, en cette année du trentième anniversaire de la disparition de Brassens...

 

 

 

 

Biographie

Né le 5 Décembre 1944, Jean-Claude BLAHAT a 23 ans lorsqu'il fait la connaissance de Brassens dans sa loge de l'Olympia, en 1967, à l'occasion d'un "Musicorama". Boby Lapointe dont il est le pianiste épisodique se charge des présentations. Georges met Jean-Claude au défi de pincer quelques accords à la guitare. Il ose "Le parapluie" : les cordes scelleront une solide et durable amitié. Les tournées les laisseront tous deux souvent éloignés l'un de l'autre, mais chacun sait ce qu'est le sens de la vie; ils ont la même philosophie, "celle du savoir rire et du savoir vivre". Alors les retrouvailles sont jours de fête : " Les copains d'abord !" Jean-Claude va partager des moments d'amitié avec le " Bon Maître" durant les 15 dernières années de sa vie. Deux "B" qui s'emBrassent A ceux qui ont eu la chance de le voir et à ceux qui auront la chance d'aller à sa rencontre sur scène, - il chante le répertoire depuis 1999- Jean-Claude BLAHAT donne des nœuds au ventre. Il honore " Le Maître"...avec sa bénédiction, c'est sans doute aucun : la connivence est forte et la complicité intacte..." Sur terre comme au ciel !" BLAHAT-BRASSENS: les deux " B" s'emBrassent, jusque dans l'interprétation. Jean-Claude et Georges ont en commun leur humour, leur œil coquin et goguenard, leur sourire, dissimulé sous la barbe pour l'un, ce fut la moustache pour l'autre. Georges Brassens chanté par Jean-Claude Blahat : guitare sèche, voix du ventre et du coeur.

 

Isabelle Crochard.(texte sur http://www.myspace.com/jcblahatlefideleabsolu)

 


L'effigie du bon maître sur la façade de l'école Georges Grassens à Crosne (91560) par l'association des Noctambules.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En récital public au lycée Carnot Paris, le 20 octobre 2011.

 

Le fidèle absolu

(Musique JC Blahat)

 

Le seul arbre qu'il connaissait

Sous sa fenêtre florissait.

C'était le rustique absolu,

L'homme d'un seul jardin, pas plus.

 

Et les globe-trotters,

Et les explorateurs,

Coureurs de forêts vierges,

Regardaient, étonnés,

Ce bonhomme enchaîné

A sa tige d'asperge.

 

Bonhomme sais-tu pas

Qu'il existe là-bas

Des forêts luxuriantes,

Des forêts de Bondy,

Des forêts de Gasti-

ne et de Brocéliande?

 

Et l'homme répondit:

"Je le sais bien, pardi,

Mais le diable m'emporte

Si je m'en vais chercher

Au diable ce que j'ai

Juste devant ma porte."

 

Je n'ai vu qu'un seul arbre, un seul, mais je l'ai vu,

Et je connais par coeur sa ramure touffue,

Et ce tout petit bout de branche me suffit:

Pour connaître une feuille, il faut toute une vie.

Si l'envie vous prenait de vous pendre haut et court,

Soyez gentil, ne vous pendez pas à mon arbre!

 

Il n'avait jamais voyagé

Plus loin que l'ombre du clocher.

C'était l'autochtone absolu,

L'homme d'un seul pays, pas plus.

 

Et les globe-trotters,

Et les explorateurs,

Tous les gens du voyage,

Regardaient étonnés

Cet être cantonné

Dans son petit village.

 

Bonhomme sais-tu pas

Qu'il existe là-bas,

Derrière tes montagnes,

Des pays merveilleux,

Des pays de cocagne?

 

Et l'homme répondit:

"Je le sais bien, pardi,

Mais le diable m'emporte

Si je m'en vais chercher

Au diable ce que j'ai

Juste devant ma porte."

 

Je n'ai vu qu'un village, un seul, mais je l'ai vu,

Et ses quatre maisons ont su combler ma vue,

Et ce tout petit bout de monde me suffit:

Pour connaître une rue, il faut toute une vie.

Si l envie vous prenait de tirer le canon,

Soyez gentil, ne tirez pas sur mon village.

 

Il n'avait jamais embrassé

Personne que sa fiancée.

C'était le fidèle absolu,

L'homme d'un seul amour, pas plus.

 

Et les globe-trotters,

Et les explorateurs,

Friands de bagatelle,

Regardaient étonnés

Ce bonhomme enchaîné

A son bout de dentelle.

 

Bonhomme sais-tu pas

Qu'il existe là-bas

Des beautés par séquelles,

Et qu'on peut sans ennui

Connaître mille nuits

De noces avec elles?

 

Et l'homme répondit:

"Je le sais bien, pardi,

Mais le diable m'emporte

Si je m'en vais chercher

Loin d'ici ce que j'ai

Juste devant ma porte."

 

Je n'ai vu qu'un amour, un seul, mais je l'ai vu,

Et ce grain de beauté a su combler ma vue,

Et ce tout petit bout de Vénus me suffit:

Pour connaître une femme, il faut toute une vie.

Si l'envie vous prenait de courir les jupons,

Soyez gentil, ne courez pas après ma belle.


 

2ème édition du CD "Le fidèle absolu"

 

  1. Le fidèle absolu
  2. La visite
  3. Si seulement elle était jolmie
  4. Chansonnette à celle qui reste pucelle
  5. Le pêcheur
  6. Je bivouaque au pays de Cocagne
  7. L’inestimable sceau
  8. Les illusions perdues
  9. Le revenant
  10. Jean Rentre au village
  11. Le roi boiteux
  12. Les croque morts améliorés

 

Commander en ligne:

http://www.friendship-first.com/1146-blahat-jean-claude

ou chez l'auteur:

Jean Claude BLAHAT

37 rue de Maison Blanche

94470 BOISSY SAINT LEGER.