Paul Fort (1872 - 1960)

« Je ne suis pas un écrivain je suis le poète qui chante je ne sais quand je me lamente  si je chante ou si j’écris. »

 

L’enterrement de Paul Fort

Texte : G.Brassens, musique: RD

Tous les oiseaux étaient dehors
Et toutes les plantes aussi
Le petit cheval n’est pas mort
Dans le mauvais temps Dieu merci
Un bon soleil brillait dehors
Qu’il fait beau on était ravi

Moi l’enterrement de Paul Fort
Fut le plus beau jour de ma vie

On comptait bien quelques pécores
Quelques dindes à Montlhéry
Quelques méchants que sais-je encore
Des moches des mauvais esprits
Mais qu’importe après tout les morts
Sont à tout le monde tant pis

Moi l’enterrement de Paul Fort
Fut le plus beau jour de ma vie

Le curé allait un peu fort
De requiem à mon avis
Longuement penché sur le corps
Il tirait l’âme à son profit
Comme s’il fallait un passeport
Au poète pour le paradis
Qu’il fallait à Dieu du renfort
Pour reconnaître ses amis

Tous derrière en gardes du corps
Et lui devant on a suivi
Le petit cheval n’est pas mort
Comme un chien je le certifie
Un bon soleil brillait dehors
Qu’il fait beau on était ravi

Moi l’enterrement de Paul Fort
Fut le plus beau jour de ma vie

 

 

 

 

 

 

 

 

Onglet

 


 

 

Notre bon maître Georges Brassens...

... a laissé derrière lui toute une série de textes qu’il n’a pas lui-même mis en musique. Ainsi cet enterrement de Paul Fort. J’ai essayé de restituer le tempo et la méthode de composition de l’auteur. Le plus clair de l’œuvre de Brassens c’est du 2 temps jazzé. Les chansons un peu nostalgiques ou parlant de la mort chez lui sont le plus souvent écrites sur un mode mineur et sur un rythme de valse ou 3 / 4. Je m’y suis collé, et voilà ce que cela donne.